Go to ccig.ch
X
Menu

Ouvrons nos commerces le dimanche pour soutenir les commerçants

CCIG
Published on 03/06/2020
News

Alors que les commerces ont dû faire face à une fermeture forcée durant près de deux mois, ils sont désormais contraints de devoir limiter l’accès de leurs arcades à un nombre déterminé de clients. Désireuse de se positionner comme une destination touristique privilégiée, la Ville de Saint-Gall répond à la problématique en étendant les horaires d’ouverture des magasins. Objectif : attirer les visiteurs dans le canton.

« Jusqu’à 20h en semaine et de 10h à 17h le dimanche », dorénavant, c’est ce que pourront afficher les magasins du centre-ville de Saint-Gall sur leurs vitrines. En effet, la Ville de Saint-Gall a décidé d’étendre les horaires d’ouverture des magasins pour renforcer son image de ville touristique et attire ainsi les visiteurs dans le canton. En cette période de crise du coronavirus, les commerçants saluent cette mesure avec enthousiasme, car les horaires étendus leur permettront de compenser les restrictions d’accès à leurs établissements, dues aux mesures sanitaires.

A Genève, le peuple s’est prononcé en faveur de l’ouverture des commerces trois dimanches par année. Mise en œuvre pour la première fois en 2019, cette extension des horaires va dans le bon sens. En revanche, elle ne constitue pas une mesure suffisante pour lutter contre la menace de faillite, cette épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête de nombreux commerçants.

Malheureusement, la législation genevoise en matière d’horaire d’ouverture des magasins n’autorise pas les exceptions telle que celle que vient d’introduire la Ville de Saint-Gall. C’est pourtant une mesure qui serait accueillie comme un bol d’air frais par les commerçants. Elle permettrait d’éviter des faillites, préservant ainsi de nombreux emplois. Par ailleurs, dans un canton frontalier comme Genève, ce serait une mesure de lutte efficace contre le tourisme d’achat.

La loi genevoise doit changer et des exceptions permettant une flexibilisation des horaires d’ouverture des magasins doivent pouvoir être introduites en temps de crise.

4 comments

Di Maria
Published on 03/06/2020
Je pense effectivement que vu la crise Genève doit également laisser la possibilité à ceux qui le souhaitent et il n’est plus question de lois mais de survie.
Rey
Published on 04/06/2020
Cette mesure d'ouverture pourrait être le début d'une nouvelle ère pour Genève qui ferait quelque peu oublier la froideur de ses rues désertes les dimanches et jours fériés Laissons pleine liberté à ceux qui le souhaitent
KJM
Published on 04/06/2020
Nous pouvons parler de la liberté de choisir d'ouvrir ou non une boutique et c'est une bonne chose lorsque cette liberté est exercée par un propriétaire de boutique, mais combien de liberté un employé d'une telle boutique, ou d'un migros, ou d'une coop a-t-il réellement quand ils sont informés qu'ils vont désormais travailler le dimanche? Il est certain que les grandes enseignes seront parmi les premières à profiter de tout assouplissement des lois sur les horaires d'ouverture... Nous ne vivons plus dans un monde où les commerçants individuels travaillent eux-mêmes dans leurs magasins. Nous devons équilibrer la liberté d'ouvrir un magasin pour maximiser les profits avec la liberté des employés du magasin d'avoir du temps libre ; les deux ont bien sûr leur place, mais aucun ne doit empiéter sur l'autre.
Michèle
Published on 04/06/2020
Entièrement d'accord. Nous devons nous serrer les coudes et impérativement donner la possibilité à ceux qui le veulent de pouvoir ouvrir le dimanche et ramener de la vie au centre-ville.

Comments are moderated