Go to ccig.ch
X
Menu

Mobilité : des aménagements routiers sans concertation entravent la reprise économique

CCIG
Published on 14/05/2020
Press release

Moins d’une semaine après la timide reprise de l’activité économique dans le canton, les bouchons ont refait leur apparition dans nos rues. En cause, en particulier les aménagements provisoires que le Conseil d’Etat et la Ville de Genève sont en train de mettre en place et qui paralysent la circulation. Pourtant acquise à la cause de la mobilité douce, la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève (CCIG) s’insurge contre des mesures que les autorités ont prises sans aucune concertation avec les associations économiques et les représentants de la mobilité individuelle.

 

La CCIG et les autres membres du Groupement Transports et Économie (GTE) adressent ce jour au Conseiller d’Etat Serge dal Busco un courrier dans lequel ils dénoncent l’absence totale de dialogue du Département des infrastructures et demandent à être entendus « pour procéder rapidement à l’optimisation de ces itinéraires provisoires, voire leur suppression si les conditions de sécurité routière ne sont pas garanties ou les conditions de trafic nettement péjorées ».

Si, du fait du COVID-19, les transports publics ne peuvent pas assurer la sécurité des usagers, il est totalement erroné de croire que les usagers seront en mesure de se reporter intégralement sur le vélo et la marche. Preuve en sont les flots de véhicules sur les routes cette semaine. Pour les entreprises, qui tentent tant bien que mal que reprendre une activité après des semaines de confinement, la gabegie provoquée par nos autorités est un coup de poignard dans le dos.

Pour Vincent Subilia, directeur général de la CCIG, « « le U lacustre est totalement engorgé, et la paralysie gagne désormais la route de Florissant, l’avenue du Mail et le boulevard Georges-Favon ; la situation actuelle est parfaitement inacceptable pour les entreprises genevoises qui voient leur outil de travail entravé, alors même qu’elles subissent de plein fouet la crise la plus sévère de notre histoire économique et attendaient avec impatience la modeste bouffée d’oxygène que promettait le déconfinement » et il enjoint les autorités de faire machine arrière ou à tout le moins de procéder sans attendre à une concertation digne de ce nom. Alors que la reprise des activités économiques n’est aujourd’hui que partielle, ces entraves à une circulation multimodale déploieront un effet encore plus désastreux avec la fin espérée du déconfinement.

6 comments

Orsini magali
Published on 14/05/2020
Des initiatives dictatoriales.
Jean-Charles Bosson
Published on 14/05/2020
Vives les pistes cyclables! On a pu profiter durant 2 mois d'un centre-ville sans voiture, sans bruit et pollution qui en découle est c'était génial. Continuons dans cette voie, la voiture n'a pas sa place en ville.
Sophie Draz
Published on 15/05/2020
Les personnes qui se déplacent en ville à pied ou en vélo sont des meilleures clients pour les commerces du centre ville que les personnes qui traversent la ville en voiture.
Félicien Fleury
Published on 15/05/2020
Les mesures prises par le Conseil d’État vont dans le sens d'une amélioration et elles doivent être saluées. En effet, si nous voulons voir plus de personnes qui se déplacent avec des modes favorables à la préservation de notre environnement et de la santé de tous, il est nécessaire que les infrastructures soient adaptées. Il faut noter aussi qu'une étude a révélé une corrélation importante entre COVD-19 et taux de monoxyde d'azote dans l'air (Nox) https://www.weforum.org/agenda/2020/04/link-between-air-pollution-covid-19-deaths-coronavirus-pandemic/; les véhicules à moteur thermique sont en grande partie responsables de leur présence dans l'air de nos villes. Il est grand temps d'innover et de nous réorganiser, il y aura certes un temps d'adaptation pour passer de la voiture (moteur thermique) à une mobilité douce mais sans des infrastructures adaptées ce passage serait impossible. En tous cas, minimiser l'importance d'une population en santé et donc d’un environnement sain pour le bon fonctionnement de notre économie est erroné et dangereux.
Albert Roux
Published on 18/05/2020
Il s’agit d’un fait que le Covid-19 a provoqué un changement de comportement en matière de mobilité, et un transfert modal au détriment des transports collectifs, dont une partie des usagers s'est tournée vers la mobilité individuelle motorisée et non-motorisée. Techniquement, ce n’est pas l’accroissement de la surface allouée aux pistes cyclables qui crée les bouchons, mais l’accroissement du trafic individuel dans son ensemble provoque un engorgement des nœuds et autres points névralgiques. Pour simplifier, le facteur limitant est le carrefour, et non pas la voie de circulation (quelle que soit sa capacité). Or, le trafic cycliste (et motocycliste dans une moindre mesure) permet précisément un débit plus élevé aux nœuds d’engorgement, alors que ce sont les voitures qui provoquent de manière prépondérante la saturation des nœuds routiers. En outre, les villes ne disposent tout simplement pas de l’espace de parking nécessaire qui résulterait d’un report modal brusque et d’envergure vers le trafic individuel motorisé. Dans un environnement urbain proche du point de saturation, il existe même un fort avantage du point de vue de l’automobiliste à ce que les autres usagers de la route utilisent le vélo plutôt que la voiture, car le ralentissement induit par la présence d’un nombre équivalent d’automobilistes est nettement supérieur à celui induit par l’aménagement de pistes cyclables et la présence d’un nombre accru de cycliste. En dehors de toute considération politique, sanitaire ou environnementale, il est évident d’un point de vue purement technique (gestion des flux) que le report modal et la désertion des transports en commun auxquels nous assistons ne peuvent être résolus à court terme que par la conjonction de mesures de réduction de la mobilité (télétravail) et d’un accroissement de la part modale générée par les deux-roues. Dans ce cadre, une amélioration des conditions de sécurité routière grâce à l’aménagement (certes rudimentaire compte tenu de l’urgence) de pistes cyclable est un élément crucial pour favoriser ce transfert modal vers la mobilité individuelle à deux-roues, seule à même de prévenir une paralysie des infrastructures routières urbaines. La prise de position de la CGIC semble guidée par des arguments idéologiques et de défense d’intérêts sectoriels restreints, et porte atteinte à notre économie dans son intégralité dont la bonne marche repose sur une mobilité aussi performante que possible. En tant que défenseur d’une Genève forte, je déplore cette prise de position d’un autre âge clairement contraire aux intérêts de notre économie.
Nathalie Hardyn
Published on 18/05/2020
Cher Monsieur, De nombreux membres nous ont contactés pour nous faire part d’une situation qu’ils considèrent comme très problématique. Si les autorités avaient consulté les associations avant de mettre en œuvre ces mesures, il aurait été possible d’améliorer les mesures et d’anticiper les problèmes qui sot survenus.

Comments are moderated